Texte à méditer :   Je puis vous assurer que les soucoupes volantes, étant donné qu'elles existent, ne sont pas construites par une puissance terrestre.   Harry S Truman (4 Avril 1950)
 
Vous êtes ici :   Accueil » Quand les Pilotes Observent des OVNIs
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Articles
Visites

 26809 visiteurs

 16 visiteurs en ligne

Calendrier
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.ovni-infos-france.fr/data/fr-articles.xml

Quand les Pilotes Observent des OVNIs

- Source : Air & Space Magazine de décembre 1987/janvier 1988
- Auteur : Dennis Stacy
 

Les gens ont vu des objets volants non identifiés dans les cieux depuis des années. Mais quand le témoin oculaire est là-haut avec l'OVNI, l’observation est-elle plus difficile à expliquer?

En fin d’après-midi le 17 novembre 1986, le vol 1628 de la Japan Air Lines, un Boeing 747 avec un équipage de trois, était dans la phase finale d'un voyage d'Islande à Anchorage, Alaska. Le jet, transportant une cargaison de vin français, volait à 35000 pieds dans des cieux s’assombrissant, la lueur rouge du soleil couchant éclairant un horizon et une pleine lune montant au-dessus l'autre.

Un peu après 18:00, le pilote Kenju Terauchi remarqua des lumières blanches et jaunes devant, en dessous et à gauche de son avion. Il ne pouvait voir aucun détails dans l'obscurité et a supposé que les lumières étaient celles d’un avion militaire. Mais elles continuaient à précéder le 747, ce qui incita le premier officier Takanori Tamefuji à appeler la circulation aérienne d’Anchorage pour demander s'il y avait un autre avion dans les parages. Anchorage et une station radar militaire les informait qu'ils recevaient de faibles échos dans le voisinage du 747. Terauchi mit en marche le radar météo numérique, qui est conçu pour détecter des systèmes météorologiques, pas des avions. Son écran radar montrait une cible verte, une couleur habituellement associé avec une pluie légère, et non rouge comme il s’y attendait d'un objet solide réfléchissant les ondes.

Parce qu'il était assit dans le siège de gauche, Terauchi était le seul à avoir une vue libre quand les lumières, encore devant et en dessous de l'avion, ont commencé à bouger capricieusement, « comme deux oursons jouant l’un avec l’autre, » comme le pilote écrivit ultérieurement dans un rapport pour l'Administration Fédérale de l’Aviation (FAA). Après plusieurs minutes, les lumières croisèrent soudainement, à très grande vitesse, devant le 747, « émettant de la lumière » qui illuminait le cockpit d'une lueur tiède.

Comme l'avion passait au-dessus de la base de l’Air Force (USAF) de Eielson, près de Fairbanks, le capitaine annonça qu’il remarquait, derrière son avion, l'obscure silhouette d'un gigantesque « vaisseau mère », plus grands que deux porte-avions. Il demanda au contrôle de circulation aérienne la permission de faire un tour complet et de descendre ensuite à 31000 pieds. Terauchi a dit que son « ombre » l’a suivit dans les deux manœuvres.

Un vol de la United Aillines et un C-130 militaire se trouvait dans le secteur et Anchorage leur demanda de changer de trajet pour intercepter le 747 japonais, et confirmer l'observation. Les deux avions ont passé assez près pour voir les feux de navigations du JAL 1628, seules dans le ciel nocturne, avant que Terauchi ne rapporte que l’objet volant non identifié avait disparu. La rencontre avait duré presque 50 minutes.

Parce qu'il impliquait un pilote de ligne et un objet volant non identifié qui avait, apparemment, été capturé sur radar, la rencontre du JAL 1628 a attiré l'attention publique. Mais les rapports d’OVNI faits par des pilotes (privé, militaire et commerciaux) ne sont pas nouveaux en « ufologie. » Un des meilleurs cas connus est l’observation faite par un homme d’affaire et pilote privé de l’Idaho, Kenneth Arnold.

Pilotant son monomoteur au-dessus des Cascade Mountains de Washington, le 24 juin 1947, Arnold observa neuf croissants argentés, volant à haute vitesse près du mont Rainier. Ils volaient en faisant des bons, « comme une soucoupe que vous auriez lancé à la surface de l'eau, » raconta Arnold aux journalistes (et ainsi les « soucoupes volantes » entraient dans le vocabulaire populaire).

Des pilotes ont rapporté des phénomènes aériens inexpliqués similaires dans le passé, essentiellement sous la forme du « Foo Fighters » noté par des équipages américains de bombardier au-dessus de l'Europe lors de la Deuxième Guerre Mondiale. Mais l’observation d’Arnold, avec ses pages frontispices, touchait un nerf post-Hiroshima dans la société américaine et a engendré un barrage de rapports similaires. Les sceptiques croient que chacune des observations avait une explication prosaïque, telle qu’une confusion avec des étoiles, planètes ou autres phénomènes atmosphériques naturels. D'autres pensaient que le phénomène cachait quelque chose, qu'ils pourraient mêmes être des visiteurs d'autres planètes.

À la suite de l’incident d’Arnold, l’USAF eut le mandat d’étudier les rapports d’observation aux États-Unis sous le nom de Projet Sign (parfois nommé « saucer »), puis Grudge et enfin Blue Book. Habituellement à court de personnel et manquant de fonds, le programme de l’USAF agissait plus comme un bureau de relations publiques que comme une enquête scientifique, selon le regretté astronome J. Allen Hynek. Hynek lui-même, qui servait de conseiller au Projet Blue Book de 1948 jusqu’à ce qu’il soit dissout en décembre 1969, se transforma graduellement de sceptique à croyant.

Même les sceptiques ne peuvent nier l'attrait populaire du sujet. En mars dernier, un sondage Gallup montrait que 88 pour-cent des répondants avaient entendu parler d'OVNIs. Alors que presque la moitié croyaient que les OVNIs étaient réels, et non une création de l'imagination ou une confusion avec des phénomènes naturels. Neuf pour-cent de la population adulte dit en avoir vu un.

De ces revendications, les rapports de pilote sont ceux qui intéresser Richard F. Haines, un psychologue de la perception qui compile AIRCAT, un catalogue informatisé qui énumère plus que 3000 observations d'OVNI par des aviateurs depuis 40 ans. Chef du Space Human Factors Office au Ames Research Center de la NASA en Californie, Haines est l'auteur de « Observing UFOs », un livret de méthodologie pour l'observation exacte, et le rédacteur de « UFO Phenomena and the Behavioral Scientist », une collection de dissertations orientées sur l’aspect psychologique du sujet.

 
Cet article était sur le site Chucara (qui n'existe plus)

Date de création : 24/06/2017 : 17:15
Catégorie : - Ufologie
Page lue 1196 fois

Rendez-vous

5 Août 2017 : Rendez-vous d'odhtv au Col de Vence

Tous les repas ufologiques

https://lesrepasufologiques.com

Astronomie

Livres / Magazines

TopSecret92.jpg

OVNIsEtExtraterrestres2.jpg

Forum
Vous êtes ici :   Accueil » Quand les Pilotes Observent des OVNIs
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
2t5k6C
Recopier le code :


  Nombre de membres 1 membre
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
2t5k6C
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!